Dossier : Pleine conscience dites-vous ?

Pleine conscience - développement personnel - intériorité : "l'être regorge de ressources d'authenticité et de puissance." De cette tendance, un sujet de réflexion pour le métier de coach, pour son accompagnement dans la relation de l'homme au travail.

Le thème est relancé en ce qui concerne le coaching et les coachs par deux émisssions : Julia de Funès s'exprime à la suite de la sortie de son livre


- l'une sur France Inter : Développement personnel : une imposture ?
- l'autre sur Europe 1 : Julia de Funès : "La grande majorité des livres de développement personnel correspondent à ce qu'on appelait du sophisme du temps de Socrate"

L'une des fédérations de coachs, EMCC, via son président, a réagit aux propos de Julia de Funès :

Bien sûr qu'il est important de s'(ré)interroger sur les idéologies sous-jacentes de nos sociétés, bien sûr que certains ouvrages de développement personnel ne sont pas à la hauteur de ce qu'ils ambitionnent de servir, mais l'amalgame permanent fait, sans distinction avec les coachs professionnels, est juste insupportable. Ne confondons volontairement pas tout pour faire du "Buzz" sur le dos toute une profession. #Nicolas_Marquis, #Docteur_en_Sociologie, fait un travail d'analyse remarquable, dans cette émission, loin des effets de manche de Julia de Funès qui parle de "soupline langagière" et qui dit des coachs qu'ils font ce métier en 2e partie de carrière , sortis de leur entreprise par "incompétence ou lassitude".

 

Nicolas Marquis, qui intervient dans l'émission sur France Inter citée avant, à une "vue" en tant que sociologue et relève la tendance de notre société dans une vidéo de 2016

Pour la quête du soi et de ses ressources, il apparaît que le chemin est plus intéressant que l'outil choisi !

Et c'est pas nouveau :

« Toute personne qui souffre dans son existence, qui a des problèmes, souffre de sa propre construction de la réalité. Alors, selon moi, une thérapie qui réussit correspond au changement d’une construction de la réalité qui rend l’individu moins malheureux. » Paul Watzlawick

Enfin, un article : Le développement personnel, nouvel opium du peuple ?
Un article qui pointe cette tendance de la société et les relations de travail : l'écologie de soi doit elle définir les relations de travail et faire porter la responsabilité chez l'individu de l'organisation ?


Pour aller plus loin (et une économie de moyens)

Rassurer l'enfant intérieur

Au coeur de nous même