Enseignant-coach pourquoi pas

Le coaching a des effets plus puissants sur nos jeunes apprentis de la vie, et la question se pose : nos enseignants ne devraient-ils pas demander de vraies formations de coach, leur métier aussi évolue ?

Cette phrase est un commentaire sur les réseaux sociaux au message de Claude Arribas sur un projet avec un établissement scolaire et des enseignants

L'enseignement devrait être ainsi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimable mais jamais comme une contrainte pénible. Albert Einstein (à vérifier)

 Comment ? Pourquoi ne pas utiliser la posture de coach !

Lors de ce premier entretien de 2014, Frédérique Carrier me dit : « voilà, je ne sais pas ce qu’est le coaching et encore moins le coaching systémique, j’ai envie de faire différemment, j’ai vu que vous étiez né à Bédarieux c’est à dire proche de Béziers. En lisant votre site internet, j’ai vu que vous avez une approche disruptive, alors, je tente, je n’ai aucun moyen pour vous payer si ce n’est celui de vous offrir le repas du midi mais j’aimerai que vous interveniez la première demi-journée pour ouvrir ces deux jours afin qu’ils voient de suite que c’est différent ».

Ma réponse a été : Imaginons que j’intervienne quels résultats obtenez-vous ? Qu’obtiennent les élèves ? Comment le mesurerez-vous en tant qu’enseignante?

Sa réponse a été très simple : avoir des élèves plus responsables, responsables de leur vie, qui se prennent en charge, c’est à dire autonomes. Je le verrai à la relation qui aura changé avec les enseignants, ils poseront plus de questions en cours, travailleront, étudieront, l’ambiance sera améliorée, les tensions et donc les conflits seront moins forts, je ressentirai plus de cohésion entre eux, de l’entraide. A l’arrivée plus d’élèves passeront en terminale, moins finiront leur scolarité à 16 ans, un meilleur taux de réussite au bac et plus d’élèves continueront vers un BTS ou autres.

Lire 'article : Le coaching systémique avec Claude