Thérapie de couple

La thérapie de couple est un espace dédié à la parole afin de mettre de la conscience dans les problèmes pour les résoudre.

Dans son livre N'y-a-t-il pas d'amour heureux ?, Guy Corneau explique comment certains schémas parentaux agissent dans la relation du couple. Voici quelques extraits de son livre qui éclairent les problèmes que l'on rencontre parfois dans la relation du le couple : le besoin de fusion "faire 1 oui, mais lequel ?"; la représentation du partenaire idéal dépend de l'amour déjà reçu; enfin, dans la relation de couple, combien sommes nous ?

Alors, n'y a-t-il pas d'amour heureux ? Si, répond Guy Corneau, mais à condition d'accepter que les conflits soient autant d'occasions de prendre conscience de nos blessures et d'en guérir. Tel, est l'enjeu de l'amour : pour parvenir à "être unis en continuant d'être deux individus à part entière, être deux sans cesser d'être unis", chaque être doit d'abord construire sa propre individualité sur des bases solides.

Être unis en continuant d'être deux

« ... le nouvel enjeu sur le plan de l'intimité ne se pose plus en termes de sacrifice de l'un pour l'autre mais bien de la façon suivante : être unis en continuant d'être deux individus à part entière, être deux sans cesser d'être unis. » 


Construire son individualité

« En réalité Elle et Lui ne sont pas seuls sur le canapé du salon. Ils ont des compagnons intérieurs qui mènent le bal des attirances et des répulsions à leur N'y-a-t-il pas d'amour heureux ?insu. Il s'agit de l'animus et de l'anima. Nous pourrions dire que dès la puberté un archétype s'active en nous pour nous aider à nous séparer de nos parents et à poursuivre notre vie psychologique par nous-mêmes en pleine autonomie. Sa trace est visible dans le fait que chaque être humain porte en lui une représentation plus ou moins claire du partenaire idéal. Cette image le fait rêver, fantasmer et courir après l'amour pour former un couple. »


La crise du couple offre une opportunité de "guérison" car elle fait prendre conscience non de ce quoi l'autre "s'est rendu coupable" mais bien de nos propres méconnaissances et croyances, négatives sur nous-même

.(vous trouverez l'article complet sur les méconnaissances ici)

Parmi les résistances internes que vous pouvez rencontrer quand vous souhaitez, avec votre conscience changer, sont les méconnaissances :  
Le concept a été créé par Aaron et Jacqui Schiff1 au début des années 1970 et approfondi par Ken Mellor et Éric Schiff. C'est un mécanisme inconscient qui réduit la perception de la réalité.  

A quelle étape il est important que rien ne change ? A quelle étape il est important que je continue ?

  • Existence du problème : « Tu sais quoi, je me marie le mois prochain « , « Ah bon, mais tu en es à ton 6e divorce « , « Et alors ?  » (méconnaissance sur: Où est le problème ? C’est enfin la bonne !)
  • Signification du problème : « Oui, je me marie pour la 7e fois, je me rends bien compte qu’il y a un problème, mais bon tant pis, c’est comme ça  » (conscience du problème, méconnaissance sur les conséquences)
  • Possibilités de changement : « Oui, j’en suis à mon 7e mariage, je me rends compte que je peux pas continuer comme ça. Je suis malheureux, mes enfants aussi, la situation est ingérable, je n’ai plus d’argent avec toutes les pensions… Mais qu’est-ce que je peux faire d’autre ?  » (conscience du problème et de sa portée, méconnaissance sur d’autres façons de faire)
  • Capacité personnelle à amener le changement : « Oui, ce problème a beaucoup d’impacts sur ma vie. Tout le monde est malheureux. Je pourrais commencer par vivre avec quelqu’un sans me marier. Ou vivre un peu seul. Ou commencer une thérapie. Mais je n’ai ni le temps, ni l’argent et puis je n’ai jamais vécu autrement ! » (conscience du problème, de sa portée et que d’autres façons de faire son possible, méconnaissance sur ma capacité à agir autrement)


AdelanTys Thérapie CouplesVous trouverez des articles et des documents dans la bibliothèque numérique du site dédié à la psychothérapie