SUPERVISION : UNE PORTE POUR DEPOSER

La supervision apparaît souvent comme nécessaire à la professionnalisation, le développement personnel et commercial, la pratique de l'accompagnant, voire incontournable pour les certifications ou accréditations.

Mais qu'en est-il de la solitude de l'accompagnant face à la confidentialité, les secrets de ce qu'il reçoit ? Y a-t-il un espace pour déposer simplement et grandir ?

Aussi pour respecter la confidentialité, le groupe de supervision en exclusif  ne semble pas être un cadre protecteurs pour l'accompagnant car il peut se sentir coïncé de par son éthique. Il me semble que pour développer complètement l'alliance avec le superviseur, l'individuel est important. Un superviseur qui sache les limites entre supervision et thérapie et qui peut faire les deux, en conscience est un plus.

 

Une série qui invite à plusieurs regards : le client, l'accompagnant, la société, les événements ... et cette porte intime que représente la supervision pour l'accompagnant afin d'exprimer ses doutes quant à sa pratique.

Pour aller plus loin

- La série En thérapie, sur Arte

- Le fauteuil de l'accompagnant est un Patchwork
"Un patchwork est une technique de couture qui consiste à assembler plusieurs morceaux de tissus de tailles, formes et couleurs différentes pour réaliser différents types d'ouvrages". Et c'est pour quoi son lieu de supervision est important : créativité, intuitions, échanges sur l'intime, croyances limitantes sur lui-même et les autres, changements de perspectives.

shopping.png

- La supervision individuelle en présentiel ou en visio

- De l'universalisme et du même questionnement sur l'académisme du "coaching" ! « L’Autre Art contemporain. Vrais artistes et fausses valeurs » (Grasset), manuel de résistance aux discours dominants sur l’art contemporain.